La maison Rachi dans M, le magazine du Monde

Plus d’une décennie plus tard, ce 10 décembre, Delphine Horvilleur est en chemin pour Troyes, en Champagne. Elle est attendue pour un tournage à la Maison Rachi. Dans ce lieu abrité par l’unique synagogue de la ville, on perpétue le souvenir de Rachi, figure majeure du judaïsme du Moyen-Age et commentateur par excellence de la Torah. Un petit film sur le Talmud doit y être projeté, et Delphine Horvilleur y participe. « Vous pensez que je vais avoir l’oscar du rabbin de l’année ? », blague-t-elle en poussant une lourde porte en bois, le corps dissimulé sous une ample cape noire.

Sa présence n’est pas anodine, le centre Rachi veut valoriser un trait anachronique de l’exégète troyen : son féminisme supposé. Père de trois filles, il leur enseigna son savoir et les encouragea à étudier le Talmud. En 2019, la Maison Rachi espère aussi organiser un grand congrès mondial des femmes rabbins à Troyes. Si elles sont plus de sept cents dans le monde, elles ne sont que trois en France.